Nous contacter...

Pour un commentaire sur ces actualités ou sur le site, envoyez-nous un mail à partir de la plume en haut à droite de cette page.

Compléments du site
Novembre 2017

Depuis déjà quelques mois, nous voulions compléter notre site par une autre possibilité de rechercher de photographies.
Ainsi, outre les présentations des images par lieu, par auteur ou par thème, nous avons ajouté une présentation par espèce.

Celle-ci permet de rechercher une espèce à partir de son nom, en feuilletant ces galeries comme dans un répertoire.

Pour le moment, nous avons commencé par les oiseaux, les pages de ce glossaire d'identification vont s'enrichir au cours des prochaines semaines.

Le teich et ses surprises
Septembre 2017

Plusieurs photographes parlent régulièrement à la réserve du Teich du torcol fourmilier. Ainsi, il a niché dans un chêne juste à côté d'un observatoire, il a été souvent observé sur des troncs morts à un autre endroit du Parc, mais je n'avais encore jamais été au bon endroit au bon moment.

Et au début de ce mois de septembre, un torcol avait décidé de venir se nourrir juste devant l'un des observatoires. Pendant quelques jours, il venait ainsi pendant de longues périodes pouvant parfois dépasser le quart d'heure, juste devant les observateurs ! Et il renouvellait ses passages tout au long de la journée.

Enfin une première observation de cet oiseau au plumage si particulier, capable de tirer une langue de plusieurs centimètres !

Prendriez-vous une petite menthe rafraichissante ?
Septembre 2017

Un nouvel habitant s'est installé dans le jardin : la Pyrale de la menthe.

Il est très beau, avec ses ailes rouges rayées de jaune. Malheureusement, c'est un parasite qui adore les feuilles de menthe. Alors, nous avons passé un marché : nous lui laissons quelques feuilles s'il se laisse photographier !

Chaleur et rafraichissement !
Août 2017

L'été 2017 ne restera pas comme un été très ensoleillé et pourtant, quelques journées ont vu le mercure des thermomètres s'affoler et dépasser les 35°C.

Les oiseaux aussi semblent chercher la fraicheur et la pose du bihoreau gris qui reste quelques minutes immobile à moitié immergé, est toujours une manière amusante de fuir la chaleur !

Boule microscopique...
Août 2017

Les images de collemboles apparaissent de plus en plus régulièrement lors de festivals, et les photographes qui s'y consacrent racontent toujours qu'il y en a partout, ou presque !

Alors allongés dans l'herbe, prenons un livre pour profiter de quelques jours de vacances, et...
quelques collemboles ne tardent pas à grimper sur les feuilles pour vérifier que le papier se décompose tout autant ques les litières dans lesquelles ils évoluent.

Mais s'ils remontent sur un brin d'herbe, l'environnement est plus naturel, même s'ils ne tiennent pas en place !

Toujours en Angleterre, les îles Farne
Juin 2017

La deuxième moitié de cette semaine anglaise a été consacrée aux îles Farne.

Corentin ne connaissait pas encore ces sites, et même si lors d'autres voyages, la proximité avec les animaux avait parfois été étonnante, ces îles laissent toujours des souvenirs exceptionnels lorsque guillemots, pingouins, cormorans et sternes ne sont qu'à quelques dizaines de centimètres !

Le macareux moine reste le plus photogénique, et il est hélas parfois difficile de trouver une place le long des filières qui assurent la limite de zone de tranquillité pour s'installer.

 

 

 

 

 

L'une des deux îles abrite une immense colonie de sternes arctiques et une plus petite de sternes caugeks.
Les premières défendent leur territoire farouchement.

Ces îles ne sont ouvertes au public que quelques heures par jour, ce qui laisse amplement le temps de profiter de ce spectacle incessant.

Découverte des falaises de Bempton
Juin 2017

Si cette année n'a pas été propice à un grand voyage en famille, Hervé et Corentin ont profité que l'année de seconde se termine mi-juin pour aller passer une semaine en Angleterre à la recherche des oiseaux de mer en pleine nidification.

Nous avons ainsi découvert le site RSPB de Bempton Cliffs.
Accessible à n'importe quelle heure de la journée, il est en effet très visité ! Mais tôt le matin ou en fin de journée, la fréquentation humaine se réduit et il ne reste plus que des milliers d'oiseaux. Le site est renommé pour les fous de Bassan. Ces oiseaux nichent tout au long des quelques kilomètres de falaise, de préférence au sud de la zone, et viennent parfois planer juste au bord de la crête.

Le nombre d'oiseaux nicheurs attire aussi les prédateurs de poussins. Nous avons eu ainsi la chance de voir un faucon crécerelle se poser quelques mètres devant notre plateforme.

Un héron peut en cacher un autre...
Mai 2017

La Brenne regorge d'oiseaux et en particulier, les hérons de toute taille sont présents en nombre.

Ainsi, du plus petit au plus grand, nous avons pu observer et photographier un blongios nain, des bihoreaux gris, des hérons garde-boeufs, des hérons cendrés et, comme celui illustré ici : des hérons pourprés.

Dans la même famille, nous avons également observé des aigrettes garzettes, et nous avons manqué un crabier chevelu !

L'emblème de la Brenne
Mai 2017

Les souvenirs d'Hervé à propos de la région des 1000 étangs dataient de plus de 25 ans ! Il était temps de les remettre à jour en se rendant en Brenne.

Suivant les conseils d'une amie photographe rencontrée au Teich, une visite de quatre jours nous a permis de découvrir les aménagements mis en place depuis quelques années.
Nous avons ainsi pu profiter des différents observatoires et des opportunités de photographie qu'ils procurent.

 

 

 

 

 

Et honneur tout d'abord à l'oiseau emblématique de cette région : la guifette moustac.

Si nous l'avons vu chaque jour sur différents étangs, ce n'est qu'à la dernière heure de notre séjour que nous avons pu la photographier là où nous espérions la voir depuis notre arrivée.

Merci Sylvie ! Profitez de ses images sur son blog.

Après la Bretagne, la Gironde
Avril 2017

Lors d'une visite chez des amis bretons fin octobre 2016, nous avions observé avec eux nos premiers bécasseaux sanderlings.

Invisibles à la réserve ornithologique du Teich qu'ils ne fréquentent pas, ils devaient pourtant bien être présents quelque part sur la côte girondine.
Nous en avons en effet trouvés en bordure du Bassin d'Arcachon.

Bien que ces images datent de la deuxième quinzaine du mois d'avril, ces bécasseaux n'avaient pas encore quitté les côtes d'Aquitaine pour migrer sur leurs sites de reproduction nordiques.

A-t-il son abonnement annuel ?
Mars 2017

Pendant l'hiver 2016, nous avions eu sur les bassins de la réserve ornithologique du Teich la visite d'un grèbe à cou noir et de deux grèbes esclavons.
Cet hiver, nous avons retrouvé plusieurs grèbes esclavons.
Cet oiseau se distingue du grèbe à cou noir par le trait rouge entre la base du bec et l'oeil.

Cette espèce prendrait-elle quelque habitude au point de revenir chaque année ?

Espèces protégées !
Mars 2017

Le printemps revient et avec lui les premières fleurs éclosent.

C’est le moment de retrouver les trompettes de Méduse (Narcissus bulbocodium) dans les clairières forestières de la forêt des Landes.

 

 

Cette année a aussi été l’occasion de découvrir les tulipes sauvages qui poussent dans les vignes. Tulipes jaunes comme la tulipe des bois présentée ici (Tulipa sylvestris) ou tulipes rouges comme la tulipe précoce (Tulipa raddii). Mais la survie de ces espèces rares nécessite de ne pas pulvériser d’herbicides dans les vignes !

Tire-t-il la langue ?
Février 2017

Le bec est ouvert, mais qu'est-ce donc entre les deux mandibules ?

Les grèbes huppés auraient-ils une langue aussi volumineuse ?

Celui-ci avait en fait quelques difficultés à avaler sa dernière pêche. Essayez donc d'avaler un poisson encore frétillant s'il n'est pas parfaitement aligné, la tête vers le gosier...

Parades
Février 2017

La parade des grèbes est une sorte de danse très spectaculaire.

Après des hochements de têtes saluant chaque partenaire, les deux oiseaux plongent de concert et remontent à la surface le bec chargé d'algues.
Ils nagent alors rapidement l'un vers l'autre, puis se dressent comme s'ils voulaient sortir entièrement de l'eau. La position de leurs pattes, très à l'arrière du corps, leur permet de rester dressés face à face pendant plusieurs secondes.

Connaître de tels comportements est indispensable pour se tenir prêt, car ces scènes sont si brèves, qu'il est dificile de les saisir sans en avoir détecté les signes avant-coureurs.

Assouplissements aquatiques
Janvier 2017

La grande aigrette parcourt habituellement les plans d'eau d'un pas majestueux par sa lenteur, lui permettant de surprendre ses proies harponnées par une brutale détente de son long cou.
Mais ici, nous avons observé un comportement tout autre.
Restant, à son habitude, immobile, l'aigrette semblait observer les alentours, surveillant tout risque d'intrusion. Puis soudain, elle s'est enfoncée dans l'eau et s'est ébrouée quelques instants avant de rependre sa posture d'attente, juste entrecoupée de quelques lissages de plumes.

L'instantané de la photographie permet de saisir une posture surprenante, le cou et la tête jaillissant hors de l'eau.

Nouvelle année, nouvelle espèce !
Janvier 2017

L'année dernière, nous avions eu la visite de grèbes esclavons et d'un grèbe à cou noir sur les plans d'eau de la réserve ornithologique du Teich. Deux grèbes esclavons ont encore fait halte cette année, mais nous avons eu cette année quelques fuligules morillons pendant quelques semaines.
Sur le bassin d'Arcachon, c'est une espèce rarement présente. Hélas, ce passage hivernal n'est pas propice aux plus beaux plumages, mais il a permis les observations de plusieurs mâles et d'une femelle que voici ci-contre.

Nouvelle année
Janvier 2017

Nouvelle année et nouveau bilan de notre année photographique.
Nous avons retrouvé l’année dernière le chemin des festivals pour y présenter nos images. Ainsi, une nouvelle exposition a été montée avec le soutien du Festival de l’Oiseau. Son thème est le Canada, vous en trouverez la présentation dans la section « Exposition » du site. Nous l’avons présentée pendant un mois à Drancy, dans le cadre de « Latitudes Animales », puis à Abbeville au Festival de l’Oiseau. Ensuite nous avons présenté nos images du jardin dans notre village, lors d’une fête des plantes et des jardins.

Côté concours, nous avons un peu réduit nos participations et cette année, nous n’avons eu que la chance d’être sélectionnés dans les phases finales de plusieurs concours, mais sans décrocher de prix.
Corentin a ainsi été finaliste à Londres au Wildlife Photographer of the Year, à Lünen en Allemagne pour le concours European Wildlife Photographer of the Year, et au Festival de l’Oiseau. En fait, toute la famille sauf Hervé a atteint la finale du concours de Lünen. Au festival de l’Oiseau, seule Laurence n’avait pas participé et les quatre autres photographes de la famille ont fait partie de la sélection finale, sans hélas franchir la dernière marche !

Côté publication, si les images vendues en agence restent anecdotiques, Corentin a été publié dans un agenda 2017 édité par le Wildlife Photographer of the Year.

Enfin côté voyages, nous sommes tous allés au Royaume Uni, Brieuc en Ecosse et le reste de la famille aux Shetlands. Ce troisième séjour dans cet archipel va peut-être permettre de concevoir un nouvel opus de nos carnets de voyages...

Accueil > Actualités > Archives 2017