Nous contacter...

Pour un commentaire sur ces actualités ou sur le site, envoyez-nous un mail à partir de la plume en haut à droite de cette page.

Reprise du site...
Novembre 2019

Le mauvais temps de cette fin novembre est propice à reprendre la programmation du site.

Toujours pour supprimer peu à peu l'utilisation de Flash Player, les galeries de présentation de nos expositions ont été reprogrammées. Elles sont ainsi compatibles de toutes les plateformes.
Vous les retrouverez toutes les quatre dans la section « Exposition... par thèmes »

Nous en avons profité pour compléter la galerie de notre exposition « Carnet d'Australie ». Elle correspondait en effet à sa première version de 2009, mais nous l'avons complétée des images n°25 à n°39 pour sa présentation en 2018.

Festival International du Film Ornithologique
Octobre 2019

Connu pour les habitués sous le sigle FIFO, ce Festival s'est ouvert cette année pour sa 35ème édition. Nous avons eu le plaisir d'y retourner en tant qu'exposants, Hervé présentant son exposition « Plumes Blanches ».
Le salon d'art en marge du Festival regroupe sculpteurs, peintres, illustrateurs et autres photographes, dans une ambiance chaleureuse, favorisant les rencontres et discussions. la semaine de Festival a été intense, avec une fréquentation du salon d'art animalier très élevée et permanente, même pendant les séances de projections des films en compétition.
Le retour des visiteurs sur cette exposition a été particulièrement enthousiaste !

Compatibilité
Octobre 2019

Les galeries proposées sur notre site sont programmées en utilisant Flash Player. Or, non seulement les mises à jour successives de Flash Player ont conduit à certaines incompatibilités de fonctionnement, mais aussi Flash Player ne sera plus supporté par les navigateurs internet à la fin de l'année 2020.
Une mise à jour complète de toutes les galeries proposées sur notre site va donc être nécessaire pour changer de mode de programmation. Ce travail commence tout juste, et la première galerie ainsi compatible est la nouvelle galerie ajoutée pour présenter les 15 images de l'exposition « Plumes Blanches ».

Aux antipodes...
Septembre 2019

Cette année, le concours Australian Geographic Photographer of the Year, réservé aux images prises dans les régions d'Australie, de Nouvelle Zélande, d'Antarctique ou de Nouvelle Guinée, a sélectionné une image de Brieuc, prise en 2018 lors de notre voyage en Australie.

Il s’agit d’un saut de wallaby des rochers à pattes noires, espèce endémique classée comme vulnérable sur la liste rouge de l’UICN, et que nous avons pu observer dans les falaises de calcaire rouge des gorges de Yardie Creek, dans le Parc National de la Chaîne du Cap.

Cette exposition sera présentée au South Australian Museum d’Adelaïde et au Powerhouse Museum de Sydney.

Plumes Blanches
Septembre 2019

« Plumes Blanches » est le titre de la nouvelle exposition d'Hervé, qui se lance pour la première fois en auteur individuel. Cette exposition sera présentée dans le cadre du Festival Spot Nature, dans la ville du Havre, du vendredi 6 au dimanche 8 septembre.

Entre photographie et dessin…
La photographie permet de saisir des instants, des attitudes qui sont parfois trop courtes pour avoir le temps de les graver dans sa mémoire. Le dessin apporte une touche artistique que la seule image instantanée ne retranscrit pas toujours.
Par un traitement noir et blanc dans lequel le blanc prend une place prépondérante, les images proposées cherchent à lier ces deux univers, entre encre de chine et photographie.

Entre représentation et imagination…
Si la photographie apporte une représentation fidèle, ici de scènes de nature, les traitements numériques permettent de basculer dans un univers imaginaire, où le visiteur peut donner libre cours à ses pensées pour reconstituer l’image présentée. Ainsi, de simple observateur, il devient acteur lui-même de l’image.

A travers ces quelques images d’oiseaux communs, j’ai ainsi cherché à ce que la photographie devienne suggestive, en fondant les zones les plus claires du plumage de ces oiseaux dans un fond blanc uniforme.

Neuf heures de décalage horaire...
Août 2019

Pour notre voyage estival, nous avons choisi de retourner dans l’Ouest du Canada.

Dans les Rocheuses ou sur l’île de Vancouver, nous sommes retournés sur certains lieux que nous avions visité en 2013. Nous avons aussi élargi notre découverte à d'autres endroits, dont Port Alice, en passe de devenir la capitale canadienne des loutres de mer.

Les loutres se sont installées dans le fjord et grâce à George qui organise des sorties en bateau (Sea Otter Eco Tours), nous avons ainsi pu voir les mères portant leur petit ou leur apprenant à nager, les mâles curieux qui se dressent pour voir quel intrus arrive, et plusieurs groupes de plus d’une dizaine d’individus !

Des orchidées à foison !
Mai 2019

Toujours à la recherche de nouveaux lieux, nous avons découvert un sentier botanique à proximité de Langon, qui serpente à travers une pelouse sèche, sur laquelle foisonnent les orchidées.
Des panneaux explicatifs mentionnent une quinzaine d'espèces différentes présentes sur ce site. Nous en avons très vite observées six, puis sept différentes !

Parmi celles-ci, à gauche les ophris bécasses, qui tirent la langue (petite excroissance verte au bout de la fleur),
et à droite les sérapias en soc.

Le chant des grenouilles
Avril 2019

Et pourtant ce n'est pas une grenouille, mais un crapaud calamite !

Dès la fin du mois de février, son chant s'entend à la tombée de la nuit pour attirer les photographes - pardon, les femelles crapauds.
Mais il est vrai qu'il est alors temps pour les photographes de partir à sa recherche !

A proximité de notre domicile, nous les trouvons le long de chemins forestiers, dans des flaques d'eau dans lesquelles ils vont pondre.
Ce crapaud nocturne se repère par une ligne verte bien visible sur son dos.

Elle se nomme « Trompette de Méduse »
Mars 2019

Hervé a mis en place et anime au club photographique de Gradignan des soirées techniques. Celles-ci ont pour but de partager les expériences et connaissances de chacun afin que tous maitrisent de mieux en mieux leur équipement.

En marge de ces soirées, quelques sorties sur le terrain pour mettre en pratique ces conseils se sont organisées. Et au mois de mars, nous avons profité de la floraison des trompettes de Méduse pour illustrer une sortie proxi et macrophotographie.

Ces fleurs jaunes, de la famille des narcisses, donnent en effet du fil à retordre aux photographes en raison de la grande profondeur de leur entonnoir. C'est en tournant autour que chacun choisit une vue de face provilégiant la corolle et les pistils, une vue latérale pour l'entonnoir complet.
Laurence et Hervé ont partagé quelques astuces pour les essais d'images sous différents éclairages et fonds.

Sortie repérage
Février 2019

En vue de proposer une possible sortie au club auquel nous participons, nous sommes allés dans un grand jardin public de Bordeaux : le parc bordelais.

Il y a quelques années en effet, en réponse à un thème de concours devant illustrer la nature en ville, Brieuc, Maud et Hervé avaient découvert ce parc et la proximité des écureuils que nous pouvions y observer.
La question était donc de savoir si ces écureuils étaient tout aussi nombreux et aussi peu farouches.

En fait d'écureuils, ce sont surtout des lapins qui nous ont accueillis. Ils pulullent maintenant sur les différentes pelouses de ce parc. Mais les écureuils sont toujours bien présents, même si le remplacement des poubelles leur interdit désormais de venir les inspecter !

De nombreux oiseaux s'observent aussi facilement, comme des geais, merles, mésanges, rougegorges, ou encore le troglodyte mignon ci-contre.
Ce parc est donc bien un lieu adapté à une sortie photographie de nature en ville, avec la quasi certitude d'observer des espèces variées à chaque visite.

Changement d'année
Janvier 2019

L'année 2018 a été l'occasion de quelques nouveautés dans nos activités photographiques.
Ainsi, nous avons de nouveau été jurys de concours de photographie de Nature. Laurence et Hervé ont été sollicités par le concours international de photographie de Pessac pour la section Nature, puis pour le concours régional Nature de la Fédération Photographique de France pour la région Aquitaine.

Côté expositions, nous avons été invités à la deuxième édition du Festival Spot Nature par l'intermédiaire du Commissaire Nature de la Fédération Photographique de France, co-organisateur de ce Festival. Celui-ci se déroule en Normandie, à côté du Havre, et nous y avons présenté une exposition sur l'Australie, en partie constituée des images de notre exposition « Carnet d'Australie », et pour moitié renouvellée par de nouvelles images issues de nos deuxième et troisième voyages. Ce renouvellement a permis à Corentin de rejoindre les auteurs familiaux de cette exposition. La section « Exposition » du site vous donnera un apercu de cette exposition et du cadre de ce Festival.
Nous avons également été sollicités pour une manifestion locale sur la biodiversité. Ainsi, nos images de l'exposition « Dans mon jardin, il y a... » ont été présentées dans la commune de Paillet en Gironde, avec une prolongation d'une semaine au-delà de cette manifestation.

Côté concours, après avoir rejoint le club Aquitaine Images de Gradignan, nous avons élargi notre éventail de concours en participant pour la première année à plusieurs concours organisés par la Fédération Photographique de France. Le nombre de concours proposés est conséquent, avec différents thèmes et différents niveaux, de régional à Coupe de France. La première année, cela est très déroutant et semble particulièrement complexe. Nous avons limité nos participations aux sections Nature pour lesquelles le club était qualifié. Les résultats ont été satisfaisant puisque le club se classe deuxième de la Coupe de France Nature version papier, et remporte le niveau National 1 Nature pour les images projetées. Maud a particulèrement réussi, puisqu'une de ses images obtient la deuxième meilleure note de la Coupe de France Nature.

Nos autres participations en concours nont permis à certaines de nos images d'être retenues pour les phases finales du Wilflide Photographer of The Year (Londres - Royame Uni) pour Corentin, du European Wildlife Photographer of the Year (Lünen - Allemagne) pour Corentin et Hervé, et du Festival de l'Oiseau (Le Crotoy - France) pour Hervé et Corentin.

Enfin côté voyages, un nouveau voyage tous les cinq nous a encore cette fois conduit en Australie, le long de la côté Ouest, avec de nouvelles activités pour les jeunes : plongée sous-marine pour Brieuc, snorkelling pour les trois et un peu pour les parents... Cela a permis à Brieuc de prendre ses premières images sous-marines avec un compact étanche.
Brieuc a aussi monté une vidéo de ce voyage, mais nous espérons en reparler dans le courant de cette année...

Rare Râle
Novembre 2018

Il est plus fréquent de repérer la présence du râle d'eau par son chant rauque que par son observation directe.
Son comportement le cantonne en effet le plus souvent dans les zones de séparation entre les herbes et l'eau libre, ces herbes lui procurant à tout instant un refuge en cas d'alerte.

Mais parfois, il se hasarde à traverser une zone à découvert, le plus souvent alors au pas de course pour vite retrouver la proximité d'un refuge.

Celui-ci se prenait de plus pour un troglodyte, retroussant l'extrémité de sa queue à la manière du petit passereau tout aussi discret que lui.

Contorsioniste
Novembre 2018

Les jeunes martins pêcheurs sont toujours attendus avec ferveur dans la réserve ornithologique du Teich à partir de fin août. Les photographes sont plus nombreux que les martins ! et si le silence est à peu près respecté dans l'observatoire tant que l'attente se poursuit, les rafales mitraillent litéralement les oiseaux dès que ceux-ci se posent à moins de 50 mètres ! Que de photos à jeter en fin de journée...

Alors que l'observation permet de limiter les déclenchements aux vraies opportunités, lorsque l'oiseau accepte de se percher à une distance raisonnable.

Ne vaut-il pas mieux rentrer avec un nombre réduit d'images que nous aurons pris le temps de composer, pour lesquelles la frénésie de l'index déclencheur aura su attendre une posture particulière, plutôt qu'avec une carte remplie d'images dont la durée de vie ne sera que celle du clic de suppression vers la corbeille ?

Prenions-nous 500 images de suite sur pellicule ?

Gentiane des marais
Septembre 2018

Gât mort, ce nom ne donne pas vraiment envie de s'y rendre, et pourtant...
Il s'agit d'un cours d'eau qui traverse la Gironde pour se jeter dans la Garonne. Le long de son cours, il traverse des zones de lagunes, et quelques tourbières.
Sur la commune de Louchats, quelques sentiers parcourent ces zones, et permettent d'y rechercher plantes, insectes, amphibiens, et quelques oiseaux.

Laurence y a ainsi trouvé quelques gentianes des marais et une libellule : le leste vert.

Le sourire marsupial
Août 2018

Un autre de nos souhaits de notre quatrième voyage en Australie était de voir un petit marsupial, connu sur internet sous le sobriquet de l'animal le plus heureux du monde !

Son véritable nom est le quokka, et il se trouve essentiellement sur l'île de Rottnest, au large de Perth.

Ce petit animal est une véritable peluche sur pattes. Habitué à la présence humaine sur cette île dont il est le principal sujet d'attraction, il se laisse approcher facilement, ou plutôt s'approche lui-même si vous restez quelques minutes assis à proximité.
En effet, revers de la médaille, cette proximité est liée au nourrissage par les touristes avides de selfies qui visitent en masse cette île en été, et ce malgré les multiples panneaux qui interdisent tout nourrissage.

Nous nous sommes éloignés de zones habitées pour le retrouver dans un milieu naturel et l'observer sans dérangement.
Car n'oublions pas, ce petit animal si attachant voit sa population en fort déclin, l'île de Rottnest restant presque son dernier lieu de résidence.

L'Australie... encore !
Juillet 2018

Notre premier voyage en Australie remonte à 2008, suivi d'un deuxième en 2012, un autre en 2014, et nous y sommes encore retournés un mois cette année !

Rien qu'entre wallaby et kangourou, de nombreuses espèces nous sont encore inconnues. Ainsi, si nous avions déjà rencontré l'euro - ou wallarou à droite - en 2012, nous cherchions cette année à observer un nouveau wallaby : le wallaby des rochers à pattes noires.

Nous nous sommes rendu dans un site où ce wallaby en voie d'extinction pourraît être rencontré : le parc national de Cape Range, près d'Exmouth. Ainsi, nous avons passé trois fins d'après-midi auprès de ces animaux, qui restent la journée cachés dans les crevasses, fissures et autres grottes, pour en sortir en quête de nourriture lorsque la nuit approche.

 

 

Mais ce pays est si vaste que nous n'en avons encore découvert qu'une toute petite partie, donc ce quatrième voyage ne sera sans doute pas le dernier...

Désert de sable
Juillet 2018

Nous sommes retournés sur un site étrange près de Cervantes au nord de Perth, le parc national de Nambung. Dans un désert de sable, des concrétions calcaires semblent surgir du sol.

De taille diverses - quelques dizaines de centimètres à presque 5 mètres - ces pinnacles parsèment le désert.

Ils se seraient formés il y a environ 180 000 à 500 000 ans, dans un climat plus humide, en partie à cause de l'action de la végétation. A la place du désert, il y avait alors une forêt !

Des insectes en nombre
Juin 2018

Le mois de juin est un mois propice à la photographie d'insectes. Les papillons sont nombreux, des accouplements se font sur ou sous les feuilles, comme ces punaises arlequins sur une feuille d'ortie.

Cette année, autour de la réserve géologique de Saucats-La Brède, Laurence a tenté de pister le Fadet des Laîches.
Malgré de nombreuses observations, ce papillon très rapide ne s'est pas laissé approcher.

Ce n'est heureusement pas le cas de ce Paon du jour ou de cet autre discret papillon de nuit de la famille des Pterophoridés.

Retard migratoire
Mai 2018

La météo de cette année fait encore des siennes ! Les arrivées d'oiseaux nicheurs sur la réserve du Teich se sont décalées d'environ deux semaines, et les départs également.

Ceci nous a permis d'observer un grand nombre de pluviers argentés, dont des mâles ayant déjà changé de robe pour se vêtir du magnifique contraste noir et blanc de leur plumage nuptial.

Pour la nidification par contre, non seulement les oiseaux sont arrivés tardivement, mais les nids installés début mai ont été ravagés par le passage d'un terrassier noir et blanc : un blaireau est venu se régaler des oeufs déjà pondus, et la zone de nidification se retrouve maintenant presque déserte .

Après les ravages déjà constatés l'année dernière, cette deuxième année consécutive avec une chute drastique de la nidifcation risque de se répercuter sur la fréquentation des prochaines années.

Dérangement...
Mai 2018

Outre les phénomènes climatiques qui ont et auront une influence sur la présence de différentes espèces, les activités humaines sont tout autant impactantes.

Ainsi, si nous avions la chance d'observer très régulièrement tout au long de l'année des chevreuils dans notre jardin, s'approchant parfois jusqu'à monter sur notre terrasse, la construction immobilière de part et d'autre de notre terrain a réduit sensiblement leur présence.
En recherchant dans nos archives, nous avons constaté que jusqu'à fin 2015, nous avions photographié des chevreuils très régulièrement, tout au long de l'année, mais plus aucune image depuis que les travaux de voisinage ont débuté.

Nous ne profitons donc que davantage d'une observation d'une jeune femelle qui non seulement est revenue dans notre jardin en ce début mai, mais s'y est aussi sentie en sécurité au point de se coucher sous les accacias pendant une demi-heure.

Espérons que ces observations se renouvelleront...

Retour en Camargue
Avril 2018

La seule fois que nous étions allés en Camargue remonte à... plus de 25 ans !
Cette année, nous avons donc profité d'un peu de vacances au printemps pour retourner dans cette région avec Maud et Corentin.

Et bien sûr, comment évoquer la Camargue sans parler des flamants roses ?
D'autant que s'ils sont présents en nombre sur toute la région, un site en particulier permet des observations exceptionnelles : le parc de Pont de Gau.

 

 

Les flamants y vont et viennent librement, mais étant nourris deux fois par jour, ils sont attirés en nombre entre le lever et le coucher du soleil. Ils repartent chaque soir passer la nuit au milieu de l'étang du Fangassier, assurant la sécurité de la colonie jusqu'au lendemain.

Et à part les flamants ?
Avril 2018

Mais il n'y a pas que des flamants roses en Camargue, et avec un peu d'observation, d'autres oiseaux peuvent y être découverts.
Si nous étions allés dans la région en espérant voir des guêpiers, nous avons été déçus du retard migratoire de cette année.
En effet, alors que mi-avril les guêpiers sont habituellement présents, cette année, aucun n'avait encore été aperçu lors de notre semaine sur place.

Mais Hervé et Maud ont eu la chance de repérer un cochevis huppé, qui s'est vite révélé être un couple, puis un deuxième couple, préparant une nichée d'après les allers-retours de la femelle venant chercher des matériaux pour l'aménagement du nid.

Et comme il y a toujours une part de chance, Maud a aussi pu saisir un hibou des marais, qui n'est resté perché que quelques instants avant lui aussi de rejoindre au pied de ces buissons sa probable nichée.

Que devient la biodiversité ?
Avril 2018

Cette question fait de plus en plus débat, avec en ce moment, de nombreux médias qui abordent ce sujet suite à différentes études montrant la disparition accélérée de certaines espèces, parfois même très communes.

Sans être directement témoins de ces pertes d'effectifs, nous observons toutefois à la seule échelle de notre jardin, des variations importantes de présence à la mangeoire d'une année à l'autre.
Ainsi, pour le grosbec casse-noyaux, nous n'avions jusqu'à cette année observé que quelques rares individus. Cette année, ils sont de passage en nombre et il arrive que nous observions simultanément plus de 10 individus en même temps !

Il semble que cette présence exceptionnelle se répande sur l'ensemble du territoire. Il s'agirait d'oiseaux nordiques, venus en masse cet hiver, sans que les causes de cette abondante migration ne soient clairement établies. Par contre, les bouvreuils sont restés invisibles plusieurs années de suite, et les sitelles ne se sont toujours pas montrées cette année.

Fédération Française de Photographie
Avril 2018

En ayant rejoint le club photo de Gradignan Aquitaine Images, nous avons découvert le fonctionnement des concours de la Fédération Française de Photographie.
Au premier abord, il n'est pas facile de se retrouver dans les différents thèmes, les concours sur tirages papier, ou en images projetées, les différents niveaux depuis le régional jusqu'à la Coupe de France...
Certains concours demandent une participation individuelle, d'autres collective au niveau du club... Bref il y a de quoi s'y perdre !

Vu nos sujets de prédilection que sont les différents thèmes de la photographie de Nature, nous avons limité nos participations aux concours ouverts dans cette catégorie, et aux concours destinés aux jeunes photographes pour Corentin et Maud.

Et les résultats sont plus qu'encourageants ! Au niveau club, Aquitaine Images se classe cette année à la deuxième place de la Coupe de France Nature sur tirages papier, et remporte le concours National 1 en images projetées, se propulsant ainsi en Coupe de France pour l'année prochaine.
Pour la section Couleur sur tirages papier, le club se classe troisième de la Coupe de France.

Parmi les images que nous avons présentées dans la sélection du club, la deuxième meilleure note de la Coupe de France a été attribuée à une photographie de Maud représentant un thomise dans une fleur de rose.

A titre individuel, Corentin remporte le concours régional jeunes, et prend la cinquième place du concours National en osant une série de photos de nature pour le thème imposé "Contraste". Maud pour sa part se classe quatrième du concours national jeune 18-25 ans, avec un dossier intitlué "Octopattes", pour une série d'images d'araignées.

Giboulées de mars
Mars 2018

Cette année, nous avons l'impression que l'hiver est absent, très peu de journées froides, mais la pluie ne cesse. Pleuvrait-il ainsi sans discontinuer ou presque depuis l'automne dernier ?

Cette pluie n'empêche pas heureusement les oiseaux de venir s'alimenter à la mangeoire. Par contre, leur plumage s'en ressent et ce chardonneret tout mouillé mérite-t-il encore son qualificatif d'élégant ?

Par contre, la pluie donne aussi des occasions d'images moins courantes. Alors profitons que la luminosité baisse pour réduire la vitesse de prise de vue et enregistrer en arrière plan ces gouttes de pluie que le gros bec supporte sans sourciller.

Reprise de l'affût maison
Février 2018

Nos dernières images de passereaux prises dans le jardin en hiver datent déjà de... 2013 ! Alors tant pis pour la météo peu engageante de ce début d'année et essayons de reprendre cette pratique de proximité à partir de l'affût que nous aménageons dans une pièce de la maison, devant laquelle nous plaçons notre mangeoire hivernale.

Les espèces présentes cette année ont été les habituées qui viennent même réclamer à la fenêtre lorsque la mangeoire est vide : les mésanges bleues et charbonnières, accompagnées d'une foule de chardonnerets élégants, de pinsons des arbres et de quelques cousins pinsons du Nord, de verdiers.
De temps en temps un accenteur mouchet s'aventurait au milieu des autres, tandis que les tarins des Aulnes (ci-contre) disputaient les meilleures places aux chardonnerets.

Mais pas de sitelle, ni de rougegorge !

Nouvelle année, bilan de l'année 2017
Janvier 2018

2017 a été le début d'une nouvelle facette de nos activités photographiques.
En effet, si nous avons jusqu'à maintenant fréquenté les Festivals de photo soit comme visiteurs, soit en tant qu'exposants, nous n'avions jusqu'alors participé aux concours photographiques que pour soumettre nos photos aux différents jurys. Et en 2017, pour la première fois, nous avons été sollicités pour passer de l'autre côté du miroir, et devenir nous-mêmes membres de jurys.
Hervé s'est ainsi retrouvé en mars dans le jury du concours National Nature de la Fédération Française de Photographie. Avec Laurence, nous avons été sollicités pour être les juges du concours international de Pessac en octobre, pour la catégorie Nature, mais un soucis de santé à empêché Hervé d'y participer. Et nous avons déjà plusieurs demandes pour l'année 2018.

Côté exposition ou voyages, l'année a par contre été moins riche : juste une présentation de notre exposition sur le Canada dans notre village, et un tout petit voyage d'une semaine en Angleterre pour Corentin et Hervé.
Ah si, j'allais oublier que Corentin a été retenu par le Festival Natur'Images de Tignécourt pour une exposition commune dédiée aux jeunes photographes. Deux de ses images seront ainsi présentées dans une exposition collective de 6 jeunes photographes en avril 2018.

Côté concours, pas de victoire en 2017, mais des résultats qui nous encouragent toujours à poursuivre.
Le Wildlife Photographer of the Year de Londres a retenu en phase finale les 5 images proposées par Corentin. Hervé et Corentin ont également été sélectionnés en phase finale du concours allemand European Wildlife of the Year organisé par l'association GdT. Le Festival de l'oiseau d'Abbeville a retenu en phase finale des photos de Maud et de Brieuc, et en Belgique, c'est au concours AVES que Corentin a également atteint la phase finale. Enfin, Hervé et Corentin ont été exposés au Festival de l'Oiseau d'Abbeville.

Accueil > Actualités